Ligue des Champions : Mendy ou les retrouvailles du Stade Rennais avec «un super mec»

Le déchirement des séparations s’achève lors des retrouvailles. Mercredi, les joueurs du Stade Rennais, s’ils vont découvrir Stamford Bridge, l’antre des Blues de Chelsea, vont surtout retrouver Edouard Mendy.

Le gardien sénégalais, recruté par le club londonien pour 28 millions d’euros lors du dernier mercato, a marqué de son empreinte et de son envergure son passage à Rennes, au point de devenir le vice-capitaine de Julien Stéphan.

« Ça va être spécial pour lui de jouer ses anciens potes. Il y a une gestion des émotions très importante », souligne Sébastien Hamel, l’entraîneur des gardiens du Stade de Reims, où Mendy a joué trois saisons.

Recommandations de Petr Cech

Toutefois, peu de chance que le grand Edouard ait les gants qui tremblent contre ses anciens coéquipiers. Surtout au vu de son remarquable début de saison avec Chelsea. « Merci à Rennes de nous l’avoir vendu. Il vient d’enchaîner quatre matches sans encaisser de buts, ce qui est une première en Angleterre », sourit Frank Lebœuf, ancien Blues et observateur privilégié de son ancienne équipe.

Mendy enchaîne les performances de haut vol, ce qui lui a permis de déboulonner Kepa de sa place de n° 1, laissant l’Espagnol à ses doutes et ses bourdes après son transfert record de 80 millions d’euros. « Ses débuts sont encourageants. Personne ne le connaissait à son arrivée, il a été recruté sur les recommandations de Petr Cech et Christophe Lollichon », observe Liam Twomey, journaliste qui suit Chelsea chaque semaine pour The Athletic.

Les deux anciens rennais, qui ont toujours un œil bienveillant sur le club breton, ne s’y sont donc pas trompés. Ils ont décelé chez lui toutes les qualités d’un gardien de haut niveau : taille, explosivité, intelligence de jeu, charisme, technique pieds et mains.

Frank Lampard, le manager des Chelsea, ne tarit pas d’éloges : « Il a montré son assurance. Il est clairement venu pour apporter de la concurrence. Il a aussi une personnalité. Il s’est très bien intégré, il est impliqué, il s’entraîne dur. »

Il a failli arrêter le foot

Les gens qui ont côtoyé Edouard Mendy ne manquent pas d’évoquer ses énormes qualités de footballeur, mais ils dévient immanquablement sur sa personnalité. « C’est un super mec, assure Sébastien Hamel, l’entraîneur des gardiens de Reims. Il a tout vécu dans sa carrière, des hauts comme des bas, et il s’en sert pour en faire profiter tout le vestiaire. Il aime le contact humain, donner comme recevoir. »

Avant d’intégrer le gratin des gardiens internationaux, Mendy n’a pas eu un parcours linéaire. Après une expérience à Cherbourg en National, il s’est retrouvé au chômage sans club, avant d’être recruté par Marseille en contrat amateur au poste de 4e gardien. « Il a même failli arrêter le foot », poursuit le technicien rémois.

C’est donc à Reims que Mendy s’est relancé, en devenant la doublure « exemplaire » de Carasso en Ligue 2, puis gardien n° 1 la saison de la remontée avant de performer en Ligue 1. « Notre challenge lui a bien correspondu. Il était dans un bon contexte pour progresser. Comme il a vécu des moments difficiles, il sait ce qu’il faut faire. Il fait les bons choix. Quand il est parti à Rennes, je me suis dit dans deux ans il est en Ligue des champions. »

C’est chose faite. Edouard Mendy l’aurait connu s’il était resté à Rennes, mais son talent méritait de s’exprimer dans un club qui vise les sommets de l’Europe. Mendy, aidé d’une défense où Thiago Silva vit une deuxième jeunesse, pourrait bien en être un des grands artisans. Espérons juste qu’il ne soit pas infranchissable mercredi contre ses coéquipiers pour, qu’au final, ces retrouvailles ne soient pas aussi tristes pour les Rennais, que la séparation.

 

OuestFrance

Source link