Ligue des Champions : Edouard Mendy, le trait d’union entre Rennes et Chelsea

Le gardien international sénégalais de Chelsea retrouve Rennes, mardi, club qu’il a quitté en fin de mercato, il y a quelques mois, après avoir brillé en Bretagne.

Initialement, Edouard Mendy aurait dû entendre retentir l’hymne de la Ligue des champions pour la première fois – en match – au Roazhon Park de Rennes. Artisan précieux de la qualification du club breton pour ses premières phases de groupe de la compétition reine en Europe, le gardien sénégalais a cependant quitté le club avant le début de la saison continentale 2020-2021. Il a franchi la Manche, direction les bords de la Tamise et Chelsea.

C’est sous le maillot des Blues – où il n’a pas tardé à se faire adopter – qu’il entendra finalement Die Meister, Die Besten, les Grandes Equipes… résonner dans l’enceinte bretonne. Mardi 24 novembre, Chelsea se déplace à Rennes pour le compte de la quatrième journée des phases de groupes de la Ligue des champions (18 h 55).

Un gardien de but passé de la capitale bretonne à celle d’Angleterre, la trajectoire évoque invariablement celle de Petr Cech. Révélé au niveau international à Rennes, le gardien tchèque était devenu l’un des meilleurs de la planète lors de son passage à Chelsea, en 2004.

Traits d’union entre deux villes, les deux hommes n’ont pas les mêmes caractéristiques dans les cages. Mais c’est sur les conseils insistants de l’ex-portier tchèque, désormais conseiller technique et de la performance du club, que Chelsea est à nouveau allé regarder du côté du Roazhon Park.

« Petr a eu un rôle important parce que le poste de gardien de but est un poste très particulier et il a été le meilleur du monde pendant longtemps, a assuré l’entraîneur Franck Lampard après la signature du Sénégalais en fin de mercato. Il a donc eu son mot à dire sur ce dossier, je m’appuie beaucoup sur lui pour ce qui est des gardiens de but au jour le jour et de la préparation de l’avenir. »

Repéré depuis plus de trois ans

Interrogé par L’Equipe, Petr Cech a confirmé, début novembre, avoir influé sur le recrutement du nouveau portier des Blues. Et pas uniquement parce que, comme lui, il défendait les cages du Stade rennais. « Edouard, je le suis depuis trois ans et demi, quand il évoluait à Reims, relate le Tchèque, alerté à l’époque par Christophe Lollichon, responsable des gardiens du club londonien, qu’il avait également fait venir de Rennes. Depuis, il n’a cessé de s’améliorer, saison après saison. Et quand, l’été dernier, il est apparu évident qu’on avait besoin d’un nouveau gardien pour concurrencer Kepa [Arrizabalaga] et Willy [Caballero], j’ai insisté en disant qu’il était selon moi le meilleur de la liste. Mon conseil a été suivi. »

Evident, car jusqu’au débarquement de l’international sénégalais sur les rives de la Tamise, Chelsea était fragilisé par une incertitude chronique dans ses cages. Les nombreuses contre-performances de Kepa Arrizabalaga incarnaient l’incapacité du club londonien à résoudre tous ses problèmes à coups de millions.

Acheté une fortune (80 millions d’euros, le record pour un gardien de but) à l’Athlétic Bilbao, le Basque n’est jamais parvenu à convaincre. Au point que Franck Lampard admette, début septembre, « avoir eu des problèmes de gardiens de but » depuis sa nomination, il y a un an.

Dernier rempart rassurant

Ces soucis semblent désormais relever de l’histoire ancienne. L’ancien international anglais n’a que des éloges en bouche lorsqu’il parle de son nouveau portier. « Dans ce genre de rencontres serrées, sans beaucoup d’occasions, où vous aimez savoir compter sur votre gardien, il a été très bon », saluait-il, fin octobre, après que Mendy avait fortement contribué au match nul des siens à Manchester United.

Celui qui, il y a à peine six ans, au chômage et faute de trouver un club, avait cru devoir abandonner le football (avant de rebondir comme quatrième gardien à Marseille, puis d’exploser à Reims, avant son année rennaise) a réussi une adaptation express. A 28 ans, Edouard Mendy s’est imposé dans comme dernier rempart rassurant dans les cages londoniennes.

En championnat de Premier League, il n’a encaissé qu’un seul but en cinq matchs. Du jamais vu depuis… Petr Cech en 2004. En trois rencontres de Ligue des champions, il n’est jamais allé chercher la balle au fond des filets. Statistique de mauvais augure pour ses ex-partenaires rennais, en panne offensive dans leur découverte de la compétition reine en Europe.

« Vous me manquez un peu les gars ! » Après le match aller, largement remporté à Londres par les Blues (3-0), le portier était allé dispenser moult accolades à ses anciens partenaires. Avant de fondre en larmes dans les bras de son ex-entraîneur, Julien Stéphan, qui, lors de son transfert, avait déploré la perte d’« un grand gardien et un grand homme ».

Vous me manquez les gars », les retrouvailles émouvantes de Mendy avec les  rennais - Gaindés Football, Ligue des Champions

Edouard Mendy aura une nouvelle fois l’occasion, mardi, de se rappeler au bon souvenir des Rennais. Devant un stade vide, Covid-19 oblige, le Sénégalais entend poursuivre sa série d’invincibilité en Ligue des champions.

Le Monde

Source link