Finale NBA : Miami bat les Lakers et arrache un 6e match

Encore porté par un immense Jimmy Butler le Miami Heat s’est imposé vendredi soi face aux Los Angeles Lakers (111-108). Les deux équipes se retrouvent dimanche pour un sixième décisif où l’une d’entre elles sera sacrée championne de NBA.

Le Heat de Miami a remporté (111-108) le cinquième match de la finale NBA 2020 aux dépens des Los Angeles Lakers, vendredi chez Disney World, réduisant l’écart à 3-2 avant leur 6e confrontation prévue dimanche. La première équipe à quatre victoires sera sacrée championne.

Le Heat, dont c’est la 6e finale en 15 ans (trois ont été remportées en 2006, 2012, 2013), entretient donc le suspense. Bien qu’encore privé de son meneur Goran Dragic, qui souffre d’une aponévrose plantaire au pied gauche, il a montré de formidables ressources pour priver L.A. d’un sacre que beaucoup lui promettaient dès cette rencontre.

Mais même dos au mur, le Heat, formidable d’abnégation et de courage, a su trouver des solutions pour se relancer.

Comme lors du match N.3, durant lequel il avait élevé son niveau de jeu avec un triple-double, Jimmy Butler, a refait le coup. Auteur de 35 points, 12 rebonds et 11 passes, auxquels on peut ajouter 5 interceptions, il a une nouvelle fois été déterminant.

Dans le sillage de son leader qui n’a cessé ces dernières 48 heures d’afficher sa confiance en ses partenaires et d’assurer que le combat n’était pas fini, c’est le shooteur Duncan Robinson qui a été le facteur X de l’équipe avec ses sept paniers derrière l’arc (26 pts).

Comptant jusqu’à 11 points d’avance dans le premier acte, le Heat a mené quasiment tout le temps. Jusqu’à ce que les Lakers reprennent par deux fois l’avantage dans le money-time, grâce à LeBron James, extraordinaire de volonté, qui a tout fait pour forcer leur destin avec ses 40 points (13 rbds), mais en vain.

Anthony Davis a été aussi courageux, se faisant mal au talon droit puis à la cheville gauche, mais serrant les dents pour peser dans cette rencontre (28 points, 12 rebonds).

Mais les deux stars étaient un peu seules, dans une équipe où seul Kentavious Caldwell Pope a eu de l’impact (16 pts).

Pour ce match, les joueurs de L.A. portaient le fameux maillot « Mamba Edition » créé par Kobe Bryant. Celui avec lequel ils s’interdisent de perdre. Mais Jimmy Butler et les siens en ont décidé autrement, et mérité de croire en leur propre étoile brillante.

 

Ouest France



Source link