qui, d’Abdoulaye Wade ou d’Idrissa Seck, peut prétendre au titre de chef de l’opposition ? – Jeune Afrique

Idrissa Seck salue ses supporters à Dakar, pendant la campagne pour la présidentielle du 24 février 2019.

Idrissa Seck salue ses supporters à Dakar, pendant la campagne pour la présidentielle du 24 février 2019. © Sylvain Cherkaoui pour JA

Au sein de l’opposition sénégalaise, c’est la question qui fâche. Faute de consensus, ses leaders préfèrent donc garder le silence sur cet épineux dossier.


La question est « gênante », au point d’avoir été renvoyée aux ultimes discussions du dialogue politique, officiellement lancé en mai 2019. Et ce n’est que le 30 août dernier que le statut de l’opposition et les modalités de désignation de son chef ont finalement été débattus par les partis concernés. Sans qu’un accord puisse être trouvé. 

« Dès le départ, nous avons considéré que [cette question] était une manière de chercher à nous diviser », affirme Mamadou Diop Decroix, le coordinateur du Front de résistance nationale (FRN, coalition de l’opposition). Si le député se dit « peu intéressé » par le sujet, qu’il compare à « un bonbon utilisé pour appâter [les opposants] », celui-ci pourrait en vérité avoir des conséquences importantes pour les personnalités susceptibles de revendiquer le poste. 

Opposition divisée

À Dakar, deux noms circulent : celui de l’ancien président Abdoulaye Wade, qui est à la tête de la coalition de l’opposition qui détient le plus de sièges à l’Assemblée nationale, et celui son ancien Premier ministre Idrissa Seck, arrivé deuxième à l’issue de la présidentielle de février 2019. Autrefois très proches, les deux hommes se sont affrontés (y compris dans les urnes) avant de se retrouver, après 2013, dans l’opposition à Macky Sall. 

L’important, c’était d’éviter que l’opposition n’implose



Source link