« Le PDS n’est pas notre ennemi » – Jeune Afrique

Plusieurs ex-membres déçus du Parti démocratique sénégalais (PDS) ont déposé la demande officielle de création de leur parti jeudi. C’est Oumar Sarr, l’ancien numéro deux du parti d’Abdoulaye Wade, qui en est désormais le président.


Il avait passé de nombreuses années en tant que « numéro deux ». Le voilà désormais à la tête de sa propre formation politique. Jeudi 3 septembre, Oumar Sarr, ancien secrétaire national adjoint du PDS, déposait à la préfecture de Dakar le dossier de son parti, le Parti des libéraux et démocrates/And Suqali (PLD/AS).

Il était accompagné de plusieurs ex-barons de la formation créée par Abdoulaye Wade en 1974, dont l’ancien porte-parole du parti Babacar Gaye et l’avocat Amadou Sall.

Pas question cependant de reproduire les dynamiques qui les ont poussés en dehors du parti libéral : le PLD/AS sera un parti « démocratique » et participatif, assure le maire de Dagana. Comprendre : il ne sera pas question de décisions unilatérales, ni de « dévolution monarchique du pouvoir ». C’est en effet la mainmise de Karim Wade, le fils du patron, sur les instances dirigeantes du parti qui a progressivement provoqué le départ des fidèles du PDS.

Mais Oumar Sarr n’est pas là pour « critiquer » ses alliés d’hier ni son ancien mentor, dont il fut plusieurs fois ministre. Après un an passé à organiser leur mouvement Suqali Sopi, les déçus du PDS tentent donc leur chance à travers le PLD/AS. Et espèrent bien peser sur le jeu politique. Optimiste, le nouveau président de parti s’est confié à Jeune Afrique.



Source link