2024 dans le viseur – Jeune Afrique

Macky Sall, lors du Conseil présidentiel pour la relance, le 29 septembre 2020 à Dakar.

Macky Sall, lors du Conseil présidentiel pour la relance, le 29 septembre 2020 à Dakar. © DR / Présidence Sénégal / Lionel Mandeix

Avec sa nouvelle équipe gouvernementale, Macky Sall place ses pions pour la prochaine élection présidentielle. Et poursuit un peu plus sa stratégie de désagrégation de l’opposition.


Ses équipes évoquaient un « besoin d’ajustement », une nécessité de répondre à la crise économique liée au Covid-19. De quoi s’attendre à une équipe plus resserrée, plus technocrate : Macky Sall a finalement sorti de son chapeau un gouvernement extrêmement politique.

Exit les présidentiables Amadou Ba (Affaires étrangères) – qui gagnait du terrain à Dakar – , Mahamadou Mokhtar Cissé (Pétrole) et Aly N’gouille N’Diaye (Intérieur). Le loyal Mahammed Boun Abdallah Dionne, ex-chef de gouvernement dévoué reconverti en secrétaire général de la présidence – Macky Sall a supprimé le poste de Premier ministre en mai 2019 –, a lui aussi disparu de l’organigramme de la majorité. Idem pour son ancienne Première ministre Aminata Touré, soupçonnée de lorgner sur le fauteuil présidentiel. Aucun d’entre eux ne figure dans le nouveau « gouvernement d’ouverture et d’unité, de combat et de résultats » vanté par Seydou Gueye, porte-parole de la présidence.

Ambitieux écartés

Ces fidèles compagnons de route de Macky Sall ont-ils pêché par ambition ? « Le ver était dans le fruit. Au sein du parti du président, des ambitieux affichaient de manière plus ou moins ostentatoire leurs vues sur le palais », estime un cadre de cette formation, l’APR (Alliance pour la république), qui précise cependant que « toutes les personnalités qui ont quitté le gouvernement n’avaient pas forcément d’ambition présidentielle ».



Source link