Vers une reprise difficile en Afrique subsaharienne

Payer sa dette ou donner à manger et de quoi se soigner à sa population : aucun pays ne devrait avoir à choisir. Pour éviter la perte de décennies de progrès sur le plan du développement, la région devra avoir accès à davantage de dons, de prêts concessionnels et d’allégements de la dette.
Tourné vers un avenir plus radieux
En dépit de perspectives incertaines, le potentiel de l’Afrique subsaharienne et l’ingéniosité de sa population demeurent évidents. Le moment est venu d’opérer des réformes qui sont porteuses de transformations durables.
L’Afrique subsaharienne retrouvera la voie d’un développement vert, durable et inclusive. La pandémie constitue une occasion historique de construire un avenir meilleur, et la communauté internationale doit jouer un rôle important à cet égard.
Pour mettre en place un avenir plus radieux, il sera essentiel d’améliorer la transparence et la gouvernance afin d’accroître la confiance dans l’état de droit, de renforcer le climat des affaires et d’encourager l’aide extérieure. Des réformes internes porteuses de transformations, en particulier dans les domaines des recettes, de la transformation numérique, de l’intégration commerciale, de la concurrence, des dispositifs de protection sociale et de l’atténuation des changements climatiques seront essentielles pour la résilience, la croissance et la création d’emplois dans la région.
Nelson Mandela a dit un jour : « Que vos choix reflètent vos espoirs et non vos peurs ». La longue sortie de cette crise ne sera pas facile, mais les actions et les choix d’aujourd’hui seront vitaux afin d’assurer un avenir prospère et résilient pour l’Afrique subsaharienne.
*****
Abebe Aemro Selassie est le directeur du département Afrique du FMI. Il en était auparavant le directeur adjoint. Il a dirigé les équipes des services du FMI chargées des relations avec le Portugal et l’Afrique du Sud, ainsi que de la production des Perspectives économiques régionales pour l’Afrique subsaharienne. Il a en outre travaillé sur la Thaïlande, la Turquie et la Pologne, ainsi que sur des questions de politique générale. Entre 2006 et 2009, il a été représentant résident du FMI en Ouganda. Avant de rejoindre le FMI, M. Selassie a travaillé pour le gouvernement éthiopien.
 

Source link