Une trentaine de jeunes formés en restauration et en cosmétique reçoivent leurs attestations

Ce centre qui a été mis sur pieds en 2014 par le cabinet GFA consulting group dans le cadre du programme ‘Réussir au Sénégal’’ de la coopération allemande pour le développement international (GIZ), pour ‘’créer’’ des perspectives professionnelles pour les jeunes sénégalais et les migrants de retour, dans le cadre d’une collaboration entre l’ONG suisse Tourism for Help et l’association sénégalaise ‘’Vivre Yakaar’’
 
Ces jeunes, qui constituent la sixième promotion de la formation accélérée, ont été outillés, pour la restauration, en techniques d’hygiène de cuisine et de salle, d’accueil, en gestion économat et achat, alors que pour le cosmétique, ils ont été formés en fabrication de savons, shampoing, baumes à lèvres et huiles pour le corps, déodorants, pâte dentifrice et de cosmétique naturel, a expliqué Francesca Enrica Bove, responsable de la filière agroécologie au niveau dudit centre.
 
‘’A la suite de cette formation, ces jeunes ont reçu des cours sur l’emballage, l’étiquetage, le plan-marketing pour lancer leurs propres marques ainsi la rédaction de projets de business-plan’’, a dit Francesca Enrica Bove.
 
Selon elle, avec le soutien de CFA consulting group, le centre ‘’Keur Yakaar’’ est dans une dynamique de former les jeunes mais aussi de les accompagner dans leur insertion professionnelle ou dans la formalisation de leurs structures et la création de micro-entreprises.
 
‘’Il s’agit de jeunes, venus de milieux défavorisés, ont bénéficié gratuitement de cette formation grâce à l’appui financier du cabinet GFA consulting group. Notre objectif, c’est de former de jeunes sénégalais âgés entre 15 et 35 ans’’, a-t-elle souligné.
 
De son côté, le directeur-responsable pédagogique de ce centre, Emile Badji, a précisé qu’outre la restauration, l’hôtellerie, le cosmétique, ils enseignent la boulangerie-pâtisserie, la transformation et le maraîchage et travaille en parfaite collaboration avec les différents établissements hôteliers et de restauration à travers le pays, avec un taux d’insertion qui tourne autour de 80%.
 
Conseillère technique dans le programme ‘’Réussir au Sénégal’’, Nelly Schläfereit a indiqué que le but de ce programme, c’est d’inviter les jeunes sénégalais à croire qu’il est ‘’bien possible’’ de réussir dans leur pays.
 
‘’Pour ce faire, nous essayons de travailler avec les communes et les différents centres de formation qui sont sur place, pour conscientiser les jeunes à se faire former sur des métiers pour lesquels ils voient leur avenir’’, a-t-elle souligné.
 
Selon elle, c’est dans le même état d’esprit que la politique de l’Etat du Sénégal avec qui la coopération allemande travaille ‘’étroitement’’ pour pouvoir, dans le contexte de l’émigration clandestine, offrir des opportunités de travail aux jeunes.
 
S’exprimant au nom des récipiendaires, Monique Edwige Coly qui a ‘’très bien’’ apprécié la formation qu’elle a subie dans ce centre au cours de laquelle a pu développer une passion par rapport à l’art culinaire, une telle activité qui leur permet de s’offrir des opportunités.
 
‘’Quand j’arrivais dans ce centre, je ne connaissais rien de la restauration, mais aujourd’hui, on m’a appris beaucoup de choses. Maintenant, je compte poursuivre dans ce domaine-là et, si Dieu le veut, créer ma propre entreprise’’, souhaite-t-elle.
 
Serigne Makhtar Fall
 

Source link