Poursuite de la tendance haussière en juillet 2020

Selon la Bceao, l’orientation de l’activité industrielle est le reflet de la hausse notée au niveau de la production manufacturière, atténuée par le repli des activités extractives et de production d’énergie.

L’orientation favorable des activités manufacturières est attribuable essentiellement à la hausse des produits chimiques (Côte d’Ivoire, Burkina et Bénin), de caoutchouc et matières plastiques (Côte d’Ivoire et Bénin), des produits alimentaires (Togo, Sénégal, Mali, Côte d’Ivoire et Burkina) et de textiles (Côte d’Ivoire et Bénin). Cette tendance a été amoindrie par le repli des produits pétroliers raffinés (Sénégal, Niger et Côte d’Ivoire).

En revanche, les activités extractives ont diminué, en lien avec la mauvaise orientation de l’extraction d’uranimium au Niger, des autres minerais (Côte d’Ivoire, Sénégal et Togo) et d’or (Burkina, Côte d’Ivoire et Sénégal).

La hausse de la production de pétrole brut et de gaz naturel en Côte d’Ivoire a modéré la tendance. La baisse de la production d’énergie est enregistrée dans cinq pays de l’Union (Sénégal, Togo, Guinée-Bissau, Burkina et Bénin).

En glissement annuel, la production industrielle a renoué avec la tendance haussière, après trois mois consécutifs de baisse, avec une augmentation de 1,7% en juillet 2020, après une réalisation de -2,5% en juin 2020. L’activité industrielle est essentiellement tirée par la fabrication de caoutchouc et matières plastiques, des produits métallurgiques de base et des ouvrages en métaux, ainsi que l’extraction d’or et d’uranium.

Cette tendance a été atténuée par la baisse de la production des produits alimentaires et boissons, ainsi que des autres produits minéraux non métalliques. Par pays, la hausse de la production, d’une année à l’autre, est observée dans l’ensemble des pays de l’Union, à l’exception du Mali et du Sénégal, avec une nette accélération au Burkina et en Côte d’Ivoire.
Adou FAYE

Source link