Les dépenses budgétaires ont connu une hausse de 596,1 milliards en septembre 2020

Selon la Direction de la prévision et des études économiques (Dpee), cette situation résulte des augmentations respectives de 26,1% et 22,6% des dépenses d’investissement et celles courantes. L’augmentation des dépenses courantes est portée par la masse salariale et « les transferts et subventions ».

La masse salariale s’est confortée de 14,7% pour atteindre 619,6 milliards. A cet effet, le ratio masse salariale sur recettes fiscales est estimé à 38,3%, soit au-delà du critère de l’Uemoa (35%). S’agissant des transferts et subventions, ils ont augmenté de 77% pour atteindre 839,6 milliards. Cette forte progression est essentiellement expliquée par les prises en charges des dépenses liées au plan de contingence de la pandémie de la Covid-19.

Toutefois, cette orientation est atténuée par la réduction des intérêts sur la dette qui se sont repliés de 11,2 milliards pour s’établir à 237,6 milliards. Concernant les dépenses d’investissement, elles sont estimées à 1147 milliards, en hausse de 26,1%, à la faveur des investissements financés sur ressources intérieures (660,4 milliards) et ceux sur ressources extérieures (486,6 milliards).
Adou FAYE

Source link