Le taux de pénétration des populations à faible revenu est de 21,3% en 2019

« Le Sénégal n’a pas été épargné de ce fléau lié à la Covid-19, l’économie nationale a été touchée de plein fouet notamment le secteur informel et les populations à bas revenus », a remarqué le  président de l’Association professionnelle des Systèmes financiers décentralisés du Sénégal (Ap/Sfd Sénégal) à l’occasion de l’assemblée générale tenue le 14 novembre dernier.

Face à cette situation, Ousmane Thiongane a indiqué « nos membres (Sfd) sont confrontés à des difficultés sans précédentes avec un arrêt presque de l’activité sur le terrain et des tensions de trésorerie considérables durant la période avril et mai 2020 ». Malgré ces difficultés, soutient-il, les Sfd ont su être présents aux côtés de leur clientèle avec une forte implication de l’ApSfd-Sénégal dans la réflexion des stratégies de résilience et de relance de l’économie nationale.

A l’en croire, il s’agit notamment de la mise en place de d’un comité de veille et contingence, de la distribution d’affiche et de Kits d’hygiène aux Sfd, de l’élaboration et l’exploitation d’un questionnaire d’enquête contextuelle sur la Covid-19 entre autres.

La tenue cette assemblée générale, a déclaré M. Thiongane dans la foulée, demeure un évènement très important pour notre association. En effet, « elle est une instance de partage avec tous les acteurs du secteur, mais surtout un cadre d’échange participatif et prospectif au profit des Sfd et de leurs membres/clients.

C’est pourquoi, a-t-il dit, il est important, pour moi, de relater las activités phares réalisées par l’ApSfd-Sénégal au cours des deux dernières années qui coïncide avec la fin de nos mandats. D’abord, « sur le plan du positionnement stratégique de l’ApSfd-Sénégal, la reconnaissance d’une association unique pour être l’interlocuteur privilégié des Sfd auprès des autorités est acquis que nous devons consolider davantage, la présence renforcée de l’ApSfd-Sénégal dans différents conseils tels que : FONAMIF, Fonds national de l’Habitat, OQSF, FONGIP, FNCF, FONSTAB, OSIRIS, FNPEF, FIMF, PROMISE, FADSR, PLASEPRI, CENTIF etc… en est une parfaite illustration…

Malgré ces performances réalisées, le président du Ca de l’ApSfd a souligné que la stabilité et la consolidation du secteur de la microfinance demeurent des défis auxquels il faudra continuer à faire face. C’est pourquoi,  l’ApSfd exhorte, entre autres, le gouvernement à procéder à la finalisation de la nouvelle LPS du secteur en prenant en compte toutes les observations et recommandations de l’ApSfd pour un secteur plus dynamique et répondant aux besoins de la population en termes de financement.
Pour rappel, le président du Ca de l’ApSfd a révélé que leur secteur, malgré toutes les difficultés auxquelles il fait face aujourd’hui avec la Covid-19, continue de jouer un rôle très important dans l’inclusion financière des populations à faible revenu avec un taux de pénétration de 21,3%. Aussi, il fait savoir que le nombre de Sfd agréés est de 304 alors que le nombre de points de service est de 905 en 2019.

Citant toujours le rapport d’activités 2019, il a confié que le taux d’accès aux services des populations de plus de 18 ans est de 17,5% au moment où le montant des dépôts est estimé à 364 milliards de francs Cfa. Dans le même ordre d’idées, le rapport signale que la production de crédit est passée de 475 milliards Cfa en 2018 à environ 543 milliards Cfa à fin 2019, soit une évolution 14%. L’encours de crédit, ajoute-il, a connu une augmentation de 37 milliards Cfa entre 2018 et 2019 pour atteindre 440 milliards de francs Cfa.
Bassirou MBAYE
 

Source link