Le rôle de l’accès à Internet mis en exergue

Alors que certains fournisseurs d’accès à l’internet font état d’une hausse du trafic de 60 % depuis le début de la pandémie, renseigne un communiqué de presse, des pans entiers de la vie privée et professionnelle ayant basculé vers le cyber environnement, la nouvelle édition des Perspectives de l’économie numérique de l’Ocde met en lumière les disparités d’accès à un internet rapide et fiable entre les pays et en leur sein.

 «Par exemple, dans la zone Ocde, la part de la fibre dans les abonnements au haut débit fixe atteint 82 % en Corée et 79 % au Japon, mais est inférieure à 5 % en Allemagne, en Autriche, en Belgique, en Grèce, en Israël et au Royaume-Uni, et le très haut débit reste souvent rare en zone rurale. Les pays de l’Ocde comptent environ deux fois plus d’abonnements à l’internet haut débit mobile par habitant et trois fois plus d’abonnements au haut débit fixe que les pays non membres », lit-on dans le document.

«Les technologies numériques ont aidé nos économies et nos sociétés à éviter un arrêt complet pendant la crise du Covid-19, et nous ont permis d’en savoir plus sur le virus, d’accélérer la recherche d’un vaccin et de suivre l’évolution de la pandémie», a déclaré Ulrik Vestergaard Knudsen, secrétaire général adjoint de l’ocde, lors de la visioconférence de lancement de l’étude.

Les économies de la zone Ocde comptaient 113 abonnements à l’internet haut débit mobile pour 100 habitants en juin 2019, contre 32 dix ans plus tôt, tandis que les pays non membres affichaient 60 abonnements de ce type pour 100 habitants.

On dénombre par ailleurs 32 abonnements au haut débit fixe pour 100 habitants dans les pays de l’Ocde (plus du triple des niveaux observés dans les pays non membres, dont la moyenne s’établit à 9 pour 100 habitants) ; la fibre représente 27 % des abonnements. Des écarts demeurent entre les ménages ruraux et urbains en termes de qualité de connexion au haut débit fixe.

En 2019, soit avant la pandémie, seul un quart des entreprises de la zone Ocde employant plus de 10 salariés pratiquaient le commerce électronique ; un tiers des entreprises faisaient appel à des services infonuagiques et plus de la moitié étaient présentes sur les médias sociaux. En 2019, 58 % des individus utilisaient les services d’administration électronique, contre 43 % en 2010.

La part des adultes utilisant l’internet dépasse 95 % dans certains pays de l’Ocde, alors qu’elle est inférieure à 70 % dans d’autres. L’examen des écarts d’accès à l’internet et d’utilisation selon l’âge ou le niveau de revenu fait apparaître des inégalités en termes d’accès aux informations et aux services publics, pourtant essentiel en cas de pandémie.

Si à l’avenir les emplois, l’éducation, la santé, voire les interactions sociales viennent à dépendre des technologies numériques, l’incapacité de garantir un accès généralisé au numérique risque d’avoir pour effet de creuser les inégalités et de contrecarrer les efforts déployés par les pays pour sortir renforcés de la pandémie, souligne l’étude.
Adou FAYE

Source link