Le produit net bancaire évalué à 39,1 milliards de FCFA au premier semestre 2020

Quant à la profitabilité de la banque, elle  présente un recul par rapport à l’exercice précédent à la même période, avec notamment un résultat net en régression de 3,1% du fait de la hausse du coût du risque.

S’agissant du niveau des dépôts en glissement annuel, il  enregistre une hausse de 7,8%, traduisant une meilleure liquidité de la banque.

Le produit net bancaire de 39,1 milliards de FCFA s’est contracté de 2,9% par rapport à juin 2019. «Les produits hors intérêts (commissions nettes) s’affichent à 8,9 milliards de FCFA contre 11,4 milliards de FCFA en juin 2019, soit une baisse de 22,4%. Ce recul s’explique principalement par la réduction des activités de change qui ont souffert de l’effet couplé du rétrécissement des volumes en lien avec le ralentissement des activités dues à la pandémie Covid-19 au second trimestre et de la réduction des marges », renseigne la  même source.

Ecobank souligne que la poursuite des efforts d’assainissement du portefeuille a eu des répercussions sur le coût du risque. Ce dernier est en effet passé de 4,2 milliards de FCFA en juin 2019 à 6,0 milliards de FCFA en Juin 2020.

«La mise en œuvre des initiatives de réductions des coûts planifiées pour cet exercice, a permis à la banque de contenir son niveau de charges à 21,2 milliards de FCFA en juin 2020, affichant ainsi une baisse de 1,8%, et ce, malgré l’impact des coûts de restructuration consécutifs à un plan de rationalisation des effectifs qui a abouti à des départs négociés et en préretraite d’une trentaine de collaborateurs à la date du 30 Juin 2020 », lit-on dans le document.

Le résultat avant impôt au premier semestre 2020 s’établit à 12,5 milliards de FCFA. Il est en baisse de 13,5% par rapport à celui de 14,4 milliards de FCFA réalisé en juin 2019.

Le portefeuille de titres de la filiale s’établit à 603 milliards de FCFA et affiche une progression de 11,9% par rapport à juin 2019 (539 milliards de FCFA). Cette hausse résulte essentiellement de la souscription aux titres de placement des Etats de l’espace Uemoa.
Adou FAYE

Source link