Remaniement: « La plus grave heure de l’histoire du Sénégal a sonné hier », Adama Gaye

La plus grave heure de l’histoire du Sénégal a sonné hier, estime le journaliste Adama Gaye. Pour lui, sous la forme d’un tremblement de terre est survenu un semblant de remaniement ministériel mais vraie trahison d’un peuple désormais obligé de répondre à la hauteur de la gifle qui lui a été faite.

Dealers…

“Au lendemain de cet acte qui le laisse groggy, gorge nouée, sans voix, pris en otage, encerclé par les pires dealers en son sein, sa marge de manœuvre ne lui laisse qu’une alternative des plus raides. Qui se résume à un choix simple : se révolter, uni, dans ce qui reste de forces de refus, ou se résigner en acceptant le sort peu enviable qui lui est tracé, vers sa perte de contrôle sur son destin, sa souveraineté et son héritage historique ou naturel”, déclare Adama Gaye.

Entendement…

Selon le journaliste, ce qui s’est passé dépasse l’entendement. C’est qu’au milieu de la pire crise sanitaire, avec le corona, sociale, avec les migrations de sa jeunesse, économique, avec un chômage généralisée, culturelle, avec la division ethno-religieuse qui s’ancre et s’amplifie, le régime de Macky Sall, qui ne s’est maintenu en place qu’en usurpant l’an dernier, le vote des Sénégalais, a préféré aligner un gouvernement de guerre contre le peuple. “Il y est fait une part belle à tous ceux qui sont prêts à faire des deals pour l’accompagner dans ses méfaits ou les couvrir, d’où ce qu’on peut appeler le Protocole du 1er Novembre par lequel Idrissa Seck, pratiquant ce qu’il sait faire de mieux, avale ses vomissures, se met au service de son expertise suprême : la trahison de la cause nationale afin de protéger les arrières de celui qu’il sait pourtant incapable, en plus d’être un brigand politique de la pire catégorie”, ajoute-t-il.

Délinquants…

Pour M. Gaye, ce gouvernement maintient en son sein des délinquants dangereux pour l’équilibre social. Ce qui s’est passé hier n’est pas décevant. C’est un crime contre le peuple sénégalais. La continuation d’une volonté de subjuguer la pensée et les hommes libres. Nous ne sommes plus libres.

Projet politique dangereux…

Adama Gaye de poursuivre: “la communauté internationale doit savoir qu’il se passe au Sénégal un projet politique dangereux, susceptible, demain, de se traduire par une guerre civile voire un génocide, et certainement vers encore plus de viols des libertés individuelles et collectives sous les genoux d’une caste de criminels agissant au nom d’un mandat démocratique usurpé”.

Trahison…

Le journaliste invite le peuple sénégalais à se redresser et à refuser ce sort qui lui est fait, à ne pas tomber dans les chapelles personnelles annonciatrices de quelque messie qui viendrait le sauver, l’exemple de trahison donné hier par Idrissa Seck étant assez éloquent de la tortuosité des acteurs politiques du Sénégal.

Source link