Partage équitable des ressources naturelles : Gorée Institute pour une implication des communautés

Depuis 2014, le Sénégal recèle des gisements de classe mondiale de pétrole et de gaz avec des réserves estimées aujourd’hui à plus de 600 millions de barils pour le pétrole et 420 milliards de mètres cubes de gaz qu’il partage avec la Mauritanie.

Favoriser le dialogue…

La possession ou l’existence de ressources minérales est considérée comme un privilège avec de réelles perspectives économiques et de développement. Mais, si ces richesses sont censées contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations, plus particulièrement celles des zones d’extraction, leur exploitation est souvent source de perturbations considérables sur la santé des populations, mais aussi sur l’environnement. D’où l’importance de favoriser le dialogue et d’ouvrir le débat avec les communautés vivant dans les zones d’exploitation, notamment sur la question des bénéfices générés par cette exploitation.

Identification de l’impact négatif de l’exploitation des ressources…

Depuis 2018, le Centre pour la Démocratie, le Développement et la Culture en Afrique déroule son Projet « Gouvernance des ressources minérales » en vue de favoriser le partage juste et équitable des revenus tirés des ressources minérales et pétrolières au Sénégal. En effet, un an après avoir mesuré l’impact de l’exploitation des ressources minières, gazières et pétrolières dans les régions de Thiès, Matam et Kédougou, à travers un monitoring de la perception des populations, Gorée Institute poursuit sa dynamique d’identification de l’impact négatif de l’exploitation des ressources afin de le réduire et d’optimiser son impact positif aussi bien pour l’État que pour les populations locales.

La part des populations dans l’exploitation…

C’est dans cette optique de faire valoir la part des populations dans l’exploitation que l’Institut panafricain, en collaboration avec le Forum civil, prévoit de rencontrer les communautés vivant dans les zones d’exploitation à Thiès, Matam et Kédougou. Du 15 au 22 novembre 2020, des causeries et débats communautaires se tiendront dans ces trois (3) régions dans lesquelles le monitoring de la perception des populations a été mené en 2019.

Faciliter l’accès à l’information…

Par cette initiative, le Gorée Institute cherche à faciliter l’accès à l’information et à ouvrir le débat avec les communautés sur la question des bénéfices de l’exploitation. L’Institut Gorée va partager les différentes productions de son Projet « Gouvernance des ressources minérales » avec les communautés pour ainsi favoriser l’accès à la bonne information via la diffusion des films documentaires, mais aussi la dissémination des résultats du monitoring via le partage des motions design (vidéos animées). Ces causeries permettront, en plus d’ouvrir le débat avec les communautés sur le partage juste et équitable des ressources, de relever les attentes des populations en termes de bénéfices et d’autres attentes liées à l’exploitation des ressources minérales.

Activités…

Les causeries communautaires réuniront les autorités locales et administratives (gouverneur, préfet, sous-préfet, Conseil rural, Mairie), les chefs de villages, les groupements de femmes et de jeunes des zones d’exploitation et tous les acteurs évoluant dans des activités déroulées dans ces zones (agriculteurs, pêcheurs, éleveurs) ou dans les industries d’exploitation.

Avec Goréeinstitute.org

Source link