Moustapha Diakhaté : « Criminaliser l’émigration clandestine pour mieux punir les braconniers… »

Ils sont de plus en plus nombreux, les jeunes à emprunter des pirogues de fortune à la recherche de l’”eldorado”. Un phénomène de plus en plus inquiétant au moment où des centaines de jeunes continuent de périr en mer. D’où cette réaction de Moustapha Diakhaté qui appelle à une croisade “contre les hécatombes en mer de notre jeunesse“.

Criminalisation…

Moustapha Diakhaté est pour le fait de “criminaliser l’émigration clandestine pour mieux punir les braconniers de la détresse sociale et éradiquer le business de la mort“. L’ancien président du Groupe parlementaire de BBY a, à cet effet fait 12 propositions “pour une vraie politique pénale anti émigration clandestine“.

La personne humaine est sacrée…

En vertu de l’Article 7 de la constitution qui dispose que ‘La personne humaine est sacrée. Elle est inviolable. L’Etat a l’obligation de la respecter et de la protéger’ et au regard des drames en mer, il urge pour le Sénégal de mettre la loi pénale nationale, à l’instar de la lutte contre le terrorisme, en conformité avec les impératifs de la lutte contre l’émigration clandestine“, souligne M. Diakhaté sur sa page Facebook.

Modifications du Code pénal…

Et dans cet ordre d’idée, il est d’avis que des modifications du Code pénal s’avèrent nécessaires par la création de nouvelles incriminations. Dont : “la mise en danger d’autrui par l’utilisation d’embarcations de fortune d’émigrés clandestins; la fabrication d’embarcations de fortune pour le convoyage d’émigrés clandestins; la fourniture de tous types de moyens pour faciliter l’émigration clandestine tels que; l’entente, l’organisation ou la préparation de convoyage ; la non dénonciation d’actes d’émigration clandestine ; le recrutement de personnes pour participer à la commission d’un acte d’émigration clandestine; le recel d’organisateurs d’émigration clandestine (…)

Propositions…

Il poursuit : “(…) la participation à un convoyage d’émigrés clandestins; l’inscription au casier judiciaire pour les délits d’émigration clandestine; la révocation automatiquement des sursis pour les récidivistes : ils doivent s’acquitter de la peine encourue pour le délit et de celle qui avait été assortie du sursis; le renvoi des étrangers condamnés pour délit d’émigration clandestine dans leurs pays d’origine pour qu’ils y purgent tout ou une partie de leur peine; l’incitation à l’émigration clandestine ainsi que de toute autre forme d’émigration clandestine perpétrée par le biais de moyens électroniques; travail au bénéfice de la société et le port de bracelet électronique“.

Le moment est venu pour…

La gravité de la situation et surtout la recrudescence du phénomène de l’émigration clandestine, le moment est venu pour le Sénégal de se doter d’une puissante Loi pour mieux punir les braconniers de la détresse sociale. Tous ensemble pour en finir avec le business de la mort“, conclut Moustapha Diakhaté.

Source link