« La mer transformée en enfer pour les jeunes par le Régime Faye-Sall » (Par Mamadou Lamine Diallo)

Dans notre imaginaire collectif, fleuves et mers sont source de bien-être matériel pour les populations, ressources naturelles à la disposition des hommes et des femmes. La pêche au Sénégal, on dit, fait travailler 600 000 personnes dans les secteurs surtout informels de l’économie. Ce chiffre fourni par le gouvernement n’augmente pas trop au fil des ans, ce qui est en soi bien curieux, au regard de la croissance naturelle de la population.

Cela fait des années que j’insiste pour dire que la transformation structurelle de notre économie passe par celle des secteurs informels. Or, tel n’est pas l’agenda des partenaires techniques et financiers, mentors de Macky Sall and Co. C’est le secteur moderne à leur disposition que gèrent ses ministres en charge de la coopération internationale. La coopération internationale n’est pas l’économie. Le régime Faye-Sall est complètement passé à côté avec ses PSE, PUDC, PUMA, l’alignement infini des P qui fait la perte de notre vaillante jeunesse. Les secteurs informels sont transversaux à toute l’économie, il n’est pas sérieux de les confiner au commerce ou à l’artisanat.

La pêche est en crise profonde et une de ses manifestations est la reprise des convois Barsakh. Il est aussi bon de rappeler que la perception de la pauvreté dépend des inégalités de revenus dans la société. C’est un fait que le régime de Macky Sall a généré des milliardaires à partir des marchés publics, des semences, des engrais, des offres spontanées, des fonds politiques, des deals à la Frank Timis et j’en passe. Ces milliardaires à la vie ostentatoire diffusée dans les réseaux sociaux font miroiter aux jeunes qu’on peut devenir milliardaire facilement. Certains s’engagent dans les formations politiques des prédateurs de BBY et d’autres prennent des risques dans les pirogues vers l’Espagne. Des jeunes sont avec nous dans le combat patriotique pour la gouvernance démocratique et changer le Sénégal. C’est la bonne voie, Tekki fii, c’est possible.

Les torpilleurs à la solde de Macky Sall dans l’équipe chargée de détruire la démocratie sénégalaise en liquidant l’Opposition.

Or donc, l’Opposition est nécessaire au bon fonctionnement de la démocratie. Ceci est un rappel de la Constitution en vigueur, que semble oublier la classe politique des prédateurs. S’il n’y a pas d’opposition, point de démocratie. Or donc, si le Président Macky Sall a pris la décision historique publique de réduire l’opposition à sa plus simple expression, c’est qu’il envisage de mettre fin à l’expérience démocratique de notre pays, fruit de combats et de sacrifices de milliers de patriotes depuis des siècles, Thierno Souleymane Baal, Maaba Diakhou Ba, Cheickhou Amadou de Samba Sadio et Thiénaba par exemple.

Cette volonté de mettre fin à la démocratie au Sénégal est devenue claire avec les découvertes de gaz en 2015. Désormais, Macky Sall et ses parrains veulent un émirat gazier, un régime à « la Oumar Bongo » du Gabon, cadre idéal pour piquer la rente gazière aux populations. Macky Sall s’y attèle et l’un de ses principaux lieutenants dans cette entreprise machiavélique est devenu ministre de l’intérieur, le procureur Antoine Diome de Khombole, comme le Vieux Mamadou Dia.

Nous avions perçu la manœuvre avec la révision constitutionnelle de 2016 et avions poussé à la constitution de Mankoo Wattu Senegaal et en 2017, d’une liste unique de l’Opposition aux législatives pour les libertés et la démocratie. Ce fut un échec et les torpilleurs à la solde de Macky Sall sont recrutés ouvertement aujourd’hui dans l’équipe chargée de détruire la démocratie sénégalaise en liquidant l’Opposition.

Mamadou Lamine Diallo, Président du mouvement Tekki

Source link