« Il n’est pas aisé de s’occuper de la tranche la plus difficile de la population »

Je m’incline tout d abord devant la mémoire de nos jeunes disparus à la fleur de l’âge , espoir de toute une nation. Nous sommes toujours sous le choc et prions pour le repos de leurs âmes.

Cependant nous avons remarqué depuis quelques temps une recrudescence de l’immigration clandestine, et cette situation inquiétante est motivée d’après mon analyse personnelle, par les échos faites sur une régularisation massive de la situation des sans papiers dans certains pays européens comme l’Italie.

Une perspective heureuse qui pousse les jeunes en masse à vouloir tenter l’aventure aux périls de leurs vies.

Ils ignorent que ces documents de légalisation sont destinés au prime abord aux migrants clandestins vivant depuis des années dans l’illégalité dans les pays de l’Union européenne aux populations vieillissantes et décimées par les ravages de la pandémie du Coronavirus et également confrontés à une crise socio-économique. Ces pays occidentaux ont du opter pour une politique intense de légalisation de nos concitoyens pour relever leur déficit de personnel et en mains d’œuvres.

Nous assistons depuis quelques semaines à un retour en masse de ce phénomène d’émigration par l’océan où des pirogues surchargées de jeunes défient les vagues violentes pour atteindre les berges européennes, alors que depuis l’avènement du leadership féminin du ministre, Néné Fatoumata Tall, il s’était tassé.

Prenant à bras le corps le sacerdoce du ministère de la Jeunesse, à traduire le crédo et la vision du président de la République, elle mérite le plébiscite de toute la jeunesse sénégalaise, seule source de son inspiration, du fait des ambitieux programmes mise en place pour une réduction plus efficace du chômage des jeunes. Il n’est pas aisé de s’occuper de la tranche la plus difficile de la population.

Mme le ministre a réussi le pari de la transmission des valeurs patriotiques et citoyennes grâce à ses capacités managériales, et elle a permis aussi de dompter la frénésie d’une jeunesse qui ne demande qu’à œuvrer à la tâche, et s’éloigner des chemins de l’oisiveté.

La solution est venue d’elle même, avec la mise à disposition de la génération montante, des programmes de promotion de l’emploi et de la formation des jeunes par le biais de l’ADPME, de la DER et des DAC, sous la tutelle de Mr pape Malick Ndour, un grand bond en avant au grand bonheur de la jeunesse sénégalaise. La fusion de ces structures seraient de mon avis personnel, un moyen plus efficace pour répondre aux attentes de la jeunesse.

Cette même jeunesse doit user de sa capacité à appréhender le changement social pour se l’approprier et croire en ses capacités et aptitudes, afin de pouvoir atteindre les objectifs du Plan II du PSE élaboré dans le document intitulé «LIGGÉEYAL ЁLLЁK ». Dès lors, le rôle des jeunes reste incontournable pour le succès du programme, parce que s’ils s’arment de valeurs citoyennes nécessaires, ils pourront contribuer de manière drastique au succès du programme de son Excellence, le Président Macky SALL.

Nous invitons les jeunes à se rapprocher des structures mise en place pour leur bonne prise en charge, leur intégration dans le secteur de l’emploi et leur formation dans l’entreprenariat pour une bonne insertion dans le secteur de l emploi.

Vive la jeunesse, vive la république.

* Fatou Dieye

Source link