Caricatures: La Coordination des musulmans tance la France

La Coordination des associations et mouvements islamiques du Sénégal condamne les propos du président Français, qui soutient que la France ne renoncera pas aux caricatures, évoquant la liberté d’expression. Des propos jugés scandaleux.

L’unanimité du prophète

«Le Prophète Mouhammad (Psl) est la plus noble créature pour plus d’un milliard et demi de musulmans dans le monde. Il est le plus complet en création et comportements. Sa législation et Sa guidée sont les meilleures. L’Histoire ne connaît pas de réformiste qui a réveillé les âmes, revivifié les bons comportements et rehaussé l’honneur de l’Homme en un temps record, comme a su le faire le Prophète de l’Islam Mouhammad (PSL)», a rappelé la Coordination des associations et mouvements islamiques du Sénégal.

Les remords

Elle condamne les caricatures à l’endroit «du plus pur des hommes», non sans dénoncer «la position irresponsable» du gouvernement français qui défend ces caricatures au nom de la liberté d’expression. «Où est la sagesse avec une liberté d’expression qui remet en cause les fondements d’un vivre ensemble pacifique entre les communautés et instaure à sa place l’inimitié, la violence et l’extrémisme dans le rapport entre les peuples ?», s’interroge la Coordination des musulmans.

Il faut des excuses publiques

Toutefois, la coordination exige des autorités françaises qu’elles reviennent sur leur position islamophobe et s’excusent auprès de la communauté musulmane toute entière et de l’Organisation de la conférence islamique (Oci).

Elle appelle les organisations de la société civile musulmane à œuvrer selon les règles et dispositions internationales pour le respect des symboles, lieux saints et cultes de l’islam à travers le monde.

Condamnation

La coordination appelle également le gouvernement du Sénégal, qui assure la présidence du Comité permanent de l’Oci pour l’information et les affaires culturelles (Comiac) dont le siège est à Dakar, à condamner les caricatures insultantes envers le Messager.

Source link